Le Dalmatien


Oigine du dalmatien :

L’origine du dalmatien est entourée de zones d’ombre. Plusieurs hypothèses ont été émises, mais toutes s’accordent à dire que cette race est très ancienne. Des représentations d’animaux blancs tachés de noir, ressemblant au dalmatien, auraient été retrouvées sur des tombes de pharaons : on peut considérer ces animaux comme les premiers chiens à robe mouchetée. Toutefois, c’est bien plus tard que le dalmatien moderne est identifié. Au 17ème siècle, il semble bien présent en Allemagne, aux Pays-Bas mais surtout en Italie où, chien d’apparat, il est le compagnon des souverains pontifes et le symbole de la papauté.
Une chose est certaine : la Dalmatie n’est pas son berceau originel, mais c’est de son utilisation comme messager par les militaires pendant la guerre des Balkans qu’il tient son nom. Il faut rendre justice à l’Angleterre qui, au 18ème siècle, a réellement fixé la race et ses caractéristiques, grâce à un croisement entre le Braque du Bengale (race aujourd’hui disparue) et le Pointer (avec un zeste de sang de terrier). C’est d’ailleurs un ouvrage de l’anglais Thomas Berwick qui, en 1792, le représente en le nommant
« dalmatien » ou « chien de coche ».
En effet, c’est d’abord en Angleterre qu’il a été beaucoup utilisé comme accompagnateur des équipages de la malle-poste. Les anglais ont été les premiers à avoir su apprécier cette race, non seulement pour la beauté et le caractère spectaculaire de son pelage, mais aussi pour ses multiples talents. Très rapidement, sa renommée s’est étendue à l’Europe « du continent » où il est devenu, vers la fin du 18ème siècle, l’accompagnateur des attelages (notamment en France), sa distinction et son allure lui procurant un grand succès auprès de la haute société. Il garde de cette époque son image de « chien de luxe », mais de manière plus pragmatique et utilitaire, avoir des dalmatiens au côté de son attelage permettait tout à la fois de garder voiture et bagages, de tenir compagnie aux cochers, d’avertir d’éventuels dangers, et de chasser la vermine dans les écuries.
La race a alors développé ses caractéristiques d’endurance (c’est un chien hyper athlétique et infatigable), et sa surprenante faculté à courir à côté (voire sous les pattes) des chevaux, ses compagnons auprès desquels il logeait et avec lesquels il a gardé, encore aujourd’hui, une connivence naturelle. Il a fait partie des races exposées en 1860 à Birmingham dans la plus ancienne exposition « toutes races » du monde (ancêtre de la fameuse « Crufts »). Le premier standard du Dalmatien a été rédigé en 1882 par l’anglais Vero Shaw, et rendu officiel en 1890.
Chien mascotte des pompiers américains depuis le début du 20ème siècle, sa popularité a connu une effervescence incroyable lors de la sortie en 1961 du dessin animé de Walt Disney « les 101 dalmatiens ». Surnommé « Plum Pudding Dog » par les anglais qui comparaient ses taches aux raisins de cette pâtisserie spécifiquement britannique, le dalmatien a également officié comme chien de cirque.
Il reste toutefois, principalement, le seul chien d’équipage sélectionné en tant que tel.